NCBI: Construire des Ponts et Faire Entendre sa Propre Voix

Il arrive souvent que lorsque nous essayons d'aider une personne déplacée, nous parlons de cette personne sans donner à un individu la possibilité de parler pour lui-même. Avec le projet «Nos Voix" ("Unsere Stimmen"), le National Coalition Building Institute NCBI s'efforce de changer cette approche. Le 7 septembre 2020, l'événement informatif de ce projet participatif aura lieu à Bienne.

NCBI: Construire des Ponts et Faire Entendre sa Propre Voix
Collage: Bilder von NCBI Schweiz

deDeutsch/Français

Souvent, lorsque les gens se réfèrent à des personnes ayant une expérience de migration ou de réfugiés, c’est un nuage de mots bien intentionnés qui se répandent sur leur têtes, quels que soient leur statut ou leurs besoins. La pluie se tombe sur tout le monde même si quelqu’un n’en a pas envie. Les souhaits sont divers. Pour les connaître, il faut essayer de briser les généralisations et reconnaître différents besoins. C’est la manière de combler le fossé entre les cultures.

Donner la parole à une personne déplacée plutôt que d’essayer de parler à sa place est une solution proposée par NCBI. Lucify.ch s’est entretenu avec Andi Geu (co-responsable de NCBI Suisse) et Zaher Al-Jamous (coordinatrice du projet «Unsere Stimmen» a Bienne):

Monsieur Geu, dites-nous ce qu’est le NCBI.

NCBI signifie «National Coalition Building Institute» (Eng.). Il s’agit d’une société active en Suisse depuis plus de 35 ans. Le nom est anglais car l’organisation a été fondée aux États-Unis il y a 53 ans.  C’est une association qui milite contre les préjugés, contre la discrimination et la violence, mais qui est pour l’intégration. Nous le faisons avec la formation et les cours et nous proposont des projets divers sur lesquels nous travaillons avec des jeunes, des enfants et des adultes.

Sur le site Web du NCBI, il y a une métaphore du «constructeurs de ponts». Pourquoi avez-vous choisi un tel symbole?

Le nom “National Coalition Building Institute” est assez compliqué. Si vous deviez traduire cela directement en allemand, vous ne pourriez pas le comprendre complètement. C’est pourquoi nous avons choisi cette image des ponts et des constructeurs depuis le début pour expliquer ce que nous faisons.

Bien sûr, cela est lié au fait que nous travaillons sur les préjugés et la discrimination ainsi que sur la violence et les conflits. On peut en fait imaginer que là où il y a des préjugés, là où il y a discrimination et conflits, il y a aussi un écart entre moi et une autre personne ou entre mon groupe et un autre groupe. Chez NCBI, nous voulons contribuer à combler ce fossé en cas de conflits et de préjugés. C’est pourquoi il y a cette image des constructeurs de ponts.

Avez-vous le rôle de médiateur?

Oui, dans une certaine mesure, nous sommes des médiateurs et des médiatrices entre différents côtés.

Notre objectif est de renforcer l’empathie, la compréhension et la pleine volonté. En même temps, il est important pour nous que dans nos projets les gens trouvent leur voix lorsqu’ils sont confrontés à la violence ou à la discrimination, ou lorsqu’ils sont récemment arrivés en Suisse et doivent trouver leur chemin dans notre système compliqué.

Pouvez-vous nous parler du projet «Unsere Stimmen»?

C’est un projet que nous avons lancé à Zurich en 2019. Nous essayons également d’inclure d’autres régions, par example region de Biel/Bienne en automne 2020. C’est un projet dans lequel nous travaillons avec des réfugiés et d’autres migrants qui n’ont pas encore de voix publique. L’objectif est que ces personnes s’impliquent et soient en mesure de formuler elles-mêmes leur contribution.

Pour un instant, on parle la plupart du temps de ces personnes, mais pas avec elles; elles parlent rarement d’elles-mêmes. Bien que, ils savent mieux ce dont ils ont besoin et ce qui peut améliorer leur vie. Ce sont en fait des experts de leur propre intégration et de ce qu’ils ont besoin pour avoir des perspectives d’avenir meilleures et plus rapides.

Quels «Tools» (eng.) les personnes issues de l’immigration peuvent-elles utiliser pour être entendu?

Le projet est très participatif. En d’autres termes, ce devrait être un projet mené par des réfugiés et des migrants. Ils décident quoi faire. Dans notre organisation, il y a des personnes avec et sans expérience de migration, mais nous essayons de soutenir ces gens et de pouvoir faire entendre leur voix.

Image: NCBI Schweiz

Plus précisément, cela fonctionne de telle sorte qu’un groupe de personnes se réunissent et choisissent des sujets qui sont importants pour eux. Dans le premier projet à Zurich, il y avait quatre termes: l’intégration professionnelle, assistance sociale, prise en charge des demandeurs d’asile déboutés, et éducation. Ce sont tous des sujets importants pour les vies des personnes qui se sont rassemblées.

En ce qui concerne les jeunes, il existe un autre projet appelé “Junge Stimmen” (De).

Exactement: l’idée est la même. Les jeunes se réunissent pour choisir les sujets qui leur tiennent à cœur. Quand ils remarquent: “C’est là que nous avons des problèmes et des défis” ou “Nous sommes coincés ici” ou “Cela rend nos vies plus compliquées et pas plus faciles”. L’objectif des deux projets est d’amener les participants à faire des recommandations. Ils disent ce qu’il faudrait changer différents aspects du sujet pour que ça fonctionne mieux, afin que nous ayons une meilleure chance de mieux travailler dans le contexte de l’éducation sur l’intégration professionnelle, par exemple.

Quelles étapes faut-il suivre pour faire partie du projet?

De nouveaux projets démarrent cette année (2020) à Bienne et la région du Seeland, ainsi que dans les cantons d’Argovie et de Zoug. A Bienne, où je travaille sur un projet avec Zaher Al-Jamous, nous commençons maintenant. Un événement d’information aura lieu le 7 septembre 2020 à “Multimondo” Bienne. Là, nous vous informerons du projet.

Après la pause d’automne, nous choisirons avec les participants du projet les sujets qui sont importants pour eux. Peut-être que ce seront les mêmes themes qu’à Zurich ou peut-être que ce sont des sujets complètement différents. Cela dépend de qui est là. On ne précise pas les sujets, c’est décidé. Ensuite, nous ferons une formation avancée sur ce sujet sélectionné. Ensuite, des recommandations sont préparées, que nous rendrons publiques.

Nous organiserons des événements sur divers sujets où nous inviterons des personnes intéressées de Bienne et de la région. Par exemple, nous inviterons les politiciens, les représentants des églises, les employés des établissements d’enseignement et les personnes des projets d’insertion professionnelle et des associations locales. Ensuite, les réfugiés et les migrants présenteront ces projets et leurs recommandations.

Le but est que vous puissiez vous tenir seul debout et dire: «C’est ce que nous pensons et ce qu’il faut faire mieux dans ce domaine». Nous l’avons déjà fait lors de diverses conférences et événements. Souvent, la surprise est la réaction des personnes qui écoutent, qui ne savent pas que ces personnes étaient si bonne et si constructifs pour dire ce dont ils avaient besoin et à quel point les recommandations sont utile. Il existe souvent une telle expérience «Aha!» Pour les personnes qui écoutent mais n’ont pas grand-chose à voir avec les migrants ou les personnes ayant une expérience de réfugié.

Image: Multimondo

Interview avec Zaher Al-Jamous, coordinatrice du projet «Unsere Stimme» a Biel/Bienne

Zaher, pouvez-vous nous dire comment avez-vous connaissance avec le NCBI?

Un de mes amis savait que je cherchais un emploi et m’a envoyé un lien vers NCBI. J’ai postulé et heureuse d àvoir été choisie. Je suis Syriennne et chercher un emploi en Suisse est très difficile à cause de la langue. Les plus importants pour le projet du NCBI sont les compétences, pas seulement la langue.

Quelle a été votre plus forte motivation pour devenir membre actif du NCBI?

C’était bien sûr mon expérience de réfugiée et de femme syro-arabe vivant en Suisse. En tant que réfugiée, je savais exactement quels sont les besoins de gens dans la même situation. Dans le projet «Unsere Stimme», j’ai un intérêt personnel parce que je connais mon peuple et le type d’aide qu’il recherche. Je sais quel genre de voix ils veulent élever. Dans ce projet, nous n’avons pas choisi un sujet et l’avons donné aux gens. A l’opposé, nous offrons une plateforme, le temps et la liberté de choisir un thème qui les intéressent et qui correspond à leurs besoins.

Être réfugié signifie que vous avez besoin d’aide. Ce que je vois toujours, c’est qu’il y a comme une boîte  où il est écrit «aide». On suppose que cette boite vous conviendra mais ce n’est pas comme ça car chacun a ses besoins. Nous ne devons pas généraliser l’aide et la donner à tout le monde en même temps. Chacun a ses propres besoins. Les personnes instruites ont besoin d’une aide ainsi que les enfants ou les personnes âgées.

Il existe également une différence entre les besoins des hommes et des femmes réfugiés

Parfois, je rencontre beaucoup de femmes syriennes qui admettent que lorsqu’elles cherchent un emploi, on leur propose souvent des postes de cuisine. Mais pourquoi toujours cuisiner? Nous sommes des femmes éduquées. Nous devons toujours participer à des emplois comme la cuisine, mais nous pouvons aider la société à faire autre chose. Parmi les réfugiés, il y a des journalistes, des médecins et de nombreux enseignants. Malheureusement, l’aide qu’ils reçoivent est seullement d’apprendre à cuisiner.

Zaher Al-Jamous.

NCBI Suisse:

Projet “Nos Voix/”Unsere Stimmen” à Bienne/Biel: https://www.ncbi.ch/de/unsere-stimmen/biel-bienne/

Multimondo: https://www.multimondo.ch/?lang=fr

Hat dir dieser Beitrag gefallen?

2 0
Written by
Anna speaks French, German, English and Russian. She obtained a Master Degree at the University of Bern (Cultural Studies) and a Bachelor at the Lomonosov Moscow State University (Philology). Anna has big interest in such themes as: identity, cultural hybridity, music, and raising children in multicultural context. She is convinced that our children can teach us a lot. They are not born with stereotypes but they risk to acquire them later under external circumstances. Our task as parents is to help them grow as conscious and culture-aware humans.

Was denkst du darüber?

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

%d bloggers like this: