Totalitarisme de la forme physique et dévaluation de la vieillesse

Est-ce que vous êtes-vous déjà demandé: pourquoi les enfants n'ont généralement presque aucun problème à communiquer avec leurs grands-parents, contrairement aux personnes matures ou aux adolescents? Pourquoi nous voyons les personnes âgées comme faibles, fiables, irritantes, dérangeantes ou non valables?

Totalitarisme de la forme physique et dévaluation de la vieillesse

eoMultilanguage

L’autre jour, j’ai vu une vieille dame marcher dans la rue avec son déambulateur. Elle s’avançait très lentement, tremblante de fatigue mais son visage était joyeux, elle souriait au soleil. Peut-être qu’elle était heureuse de prendre un peu d’air frais ou peut-être que c’était son anniversaire. Un moment après, quand elle a marché dans des excréments d’animaux, les petits enfants jouant à proximité ont commencé à rire et à la pointer du doigt. Leurs mères ont fait des grimaces de jugement et ont commencé à murmurer qu’elle était censée rester à la maison. Comment a-t-elle osé sortir? Juste après, un cycliste l’a presque heurtée et lui a crié quelques jurons. Personne ne lui a dit qu’il ne devait pas rouler en vélo dans une zone piétonne.

Un peu plus tard, j’ai vu un ouvrier se mettre en colère avec une autre dame âgée parce qu’elle était trop lente. Elle comptait soigneusement ses pièces avant de les remettre au vendeur de la boulangerie. Le vendeur a donné un regard compréhensif à l’homme, mais pas à la vieille dame. Combien de personnes âgées vivent quotidiennement une telle attitude? Pourquoi les gens sont-ils si intolérants envers la vieillesse?

Bien sûr, nous ne sommes pas tous intolérants. Mais personne ne l’admettrait de toute façon comme personne n’admettrait de discriminer des femmes ou des gens d’orientation sexuelle différente.

Pourtant, un apartheid émotionnel subtil envers les vieilles dames existe dans notre société et malheureusement nous n’en parlons pas assez. Il est parfois difficile à remarquer car il fait partie de la micro-discrimination de routine et quotidienne. Lorsque vous vivez dans une commune avec trois maisons de retraite, vous commencez tôt ou tard à remarquer des choses comme ça… Pourquoi cela se passe?

Même la langue n’est pas du côté des gens âgées. «Vieux» est quelque chose de dépassé, de non pertinent, quelque chose que ne suit pas le rythme du présent. Lorsqu’il s’agit de l’âge d’un individu, le mot «âgée» a également des connotations négatives.

Le processus de vieillissement ne se passe pas de la même manière avec tout le monde. Chez certaines personnes le déclin physique est très rapide, chez d’autres ils restent en forme et actif pendant un bon moment. Ce qui est clair: l’âge de la retraite n’est pas un décompte à partir duquel une personne perd sa validité pour la société. Il ou elle en reste toujours membre de valeur.

La littérature, les médias et la culture pop décrivent souvent la vieillesse comme la période de sénilité, d’invalidité, de dépendance et même de fardeau pour les autres. Cependant, toutes les personnes âgées ne se sentent pas vraiment de cette façon. De plus, la vieillesse est la période de la sagesse, la quintessence du voyage de notre esprit et de notre âme.

Nous pouvons ralentir et vivre dans le présent ou décider de consacrer plus de temps et d’attention à la poursuite des plaisirs que nous nous refusions auparavant. Nous essayons de nous concentrer sur ce qui compte vraiment. Nous commençons à voir plus profondément qu’en surface et nous coupons ce qui n’est pas pertinent.

L’intolérance envers les personnes âgées prend différentes formes. Il y a des gens qui se sentent irrités par les personnes âgées trop lentes ou ceux qui sont irrités par les personnes âgées «errant» toute la journée au lieu de «se calmer» et de se comporter «selon leur âge». Mais qui a dit que les personnes âgées devaient devenir passives? Tout simplement parce que les vieux actifs irritent tout le monde?

Peut être la raison de l’irritation réside en nous-mêmes? Nous ne sommes pas tolérant envers ce que nous ne pouvons pas nous permettre ou ce dont nous avons honte. Ce ne sont pas les autres que nous ne pouvons accepter, c’est notre propre projection dans le miroir déformé qui nous dérange.

L’intolérance envers les personnes âgées est l’intolérance envers nous-mêmes à l’avenir. Nous ne voulons pas accepter le fait que nous aussi, un jour, nous ferons partie du processus inévitable de dépérissement. Nous aussi, nous serons un jour physiquement déterrés. Peut-être pas tout de suite. Mais un jour, cela arrivera. Et nous ne pouvons rien y faire. Aucune chirurgie, aucun cosmétique et aucun yoga ne peuvent faire obstacle ultime. Il y aura toujours une brèche à travers laquelle la vieillesse en tant que fluide se faufilera et fera son travail. Nous pouvons retarder le processus mais nous ne pouvons pas l’arrêter complètement. Un jour, la vieillesse frappera à la porte. Vous pourriez vous cacher, mais il ne tournera pas le dos et ne s’en ira pas. Non, il s’installera et se fera propriétaire de la maison de votre âme. Il vaut donc mieux l’accepter. Une fois que vous l’acceptez, vous vous sentirez plus à l’aise. Aussi envers les autres.

Notre société est trop obsédée par l’idée de forme physique. C’est une forme latente d’exclusion. Le totalitarisme de la positivité corporelle (« body positivity ») frappe nos esprits des couvertures de magazines, de publications sur Instagram et de « mainstream»-films. Qui en a besoin et pourquoi? Y a-t-il une politique d’exclusion derrière?

En fin de compte, la raison profond d’être intolérant envers les gens âgées est la peur existentielle de la mort. Nous ne savons pas ce qui se cache derrière cette ligne où la vie se termine. Nous ne sommes pas vraiment prêts à y penser. Ou peut-être que nous avons déjà perdu des êtres chers. Les personnes âgées nous rappellent constamment à pied que derrière cette ligne se trouve la terra incognita. Trou noir. L’inconnu. Quelque chose qui nous inquiète beaucoup. L’inconnu devient un monstre qui grandit chaque jour et aspire notre attitude positive à la vie.

Certaines personnes commencent à transpirer fanatiquement pour retarder le moment de la rencontre avec l’inconnu. Ils deviennent obsédés par la course au point que cela devient une routine sans joie, ils se forcent à manger des aliments qu’ils détestent, ils se refusent de petits plaisirs. Bien sûr, nous ne sommes pas tous comme ça, mais certains le sont!

Et les adolescents? Ils portent des T-shirts avec des squelettes, montrent des tatouages ​​avec des croix, achètent des bagues avec des crânes… Tous les attributs de la mort sont exagérés pour se moquer de l’idée des limites de notre existence, pour montrer à tout le monde que on n’en pas peur. Mais si vous n’en avez vraiment pas peur, pourquoi auriez-vous besoin des autres pour le valider? Pourquoi auriez-vous besoin de le prouver à quelqu’un si vous êtes sûr de vous? Votre position n’est-elle pas suffisamment ferme? Pourquoi avez-vous besoin de quelqu’un d’autre pour le démontrer constamment? Même si presque personne ne l’admettrait ouvertement, les jeunes pourraient également éprouver une peur existentielle de la mort. Cela semble coïncider naturellement avec le processus de recherche d’identité. Lorsque vous essayez de vous définir, de manifester votre «je» et d’établir des limites de votre monde intérieur, vous pouvez également réaliser des limites de l’existence.

Ici, ce serait bien de se retrouver avec un moral banal sur l’importance d’éduquer les jeunes à respecter l’âge. Mais en fait, tout est beaucoup plus compliqué. L’intolérance vers l’âge se manifeste également d’une autre manière. Si les plus jeunes ne peuvent parfois pas faire face à leur propre projection à l’avenir, les personnes âgées pourraient également éprouver des difficultés à accepter le fait qu’elles ne seront plus jamais jeunes et alors ils éprouveront de l’irritation. Tous deux souffrent au plus profond de leur âme. Tous deux traversent le chagrin existentiel. Si semblables, mais si différents…

Ce qui n’est souvent pas suffisamment discuté, c’est que les jeunes (en particulier sur le lieu de travail) sont souvent stigmatisés comme «verts», inexpérimentés, intellectuellement invalides, axés principalement sur l’apparence physique, etc. Comme dans le cas de l’inacceptation de la vieillesse, le sentiment de l’irritation envers les jeunes est également enracinée dans nos propres insécurités. Mais ce serait une autre histoire…

Hat dir dieser Beitrag gefallen?

2 0
Written by
Anna speaks French, German, English and Russian. She obtained a Master Degree at the University of Bern (Cultural Studies) and a Bachelor at the Lomonosov Moscow State University (Philology). Anna has big interest in such themes as: identity, cultural hybridity, music, and raising children in multicultural context. She is convinced that our children can teach us a lot. They are not born with stereotypes but they risk to acquire them later under external circumstances. Our task as parents is to help them grow as conscious and culture-aware humans.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.