Violence contre les femmes dans L’Europe de l’Est

Violence contre les femmes dans L’Europe de l’Est

eoMultilanguage

Une société saine repose sur la santé physique et mentale des hommes et femmes également. Mais pas toutes les sociétés se construisent de la même façon. Dans certains pays, la vie quotidienne confronte les gens à plus de violence que dans d’autres. Les causes peuvent être diverses : culture et valeurs, disparités de revenus, inégalités entre les sexes, etc. 

L’OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) a mené une enquête en 2018 dans les pays d’Europe de l’Est (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Macédoine du Nord et Serbie, Moldova et Ukraine) sur la violence contre les femmes. Plus de 15 000 femmes ont été interrogées. L’enquête indique une forte prévalence de la violence à l’égard des femmes, que ce soit à la maison ou à l’extérieur de la maison. Les formes de violence à l’égard des femmes comprennent la violence physique, sexuelle et psychologique. 

Les résultats de l’enquête menée par l’OSCE sont les suivants :

70 % des femmes ont été victimes d’une forme quelconque de harcèlement sexuel, de harcèlement criminel, de violence conjugale ou non conjugale (y compris la violence psychologique, physique ou sexuelle) depuis l’âge de 15 ans.

45 % des femmes ont été victimes de harcèlement sexuel, y compris de harcèlement par Internet

23 % des femmes ont été victimes de violence physique et/ou sexuelle de la part de leur partenaire intime 

18 % des femmes ont été victimes de violence physique et/ou sexuelle de la part d’une personne qui n’est pas leur partenaire. 

60 % des femmes qui vivent une relation ont été victimes de violence psychologique

Le graphique ci-dessus permet de comparer la Roumanie et d’autres pays d’Europe de l’Est sur deux aspects seulement : la violence entre partenaires intimes et la violence non conjugale. Le dérisoire 2% représentant la violence non conjugale est dus à l’absence de statistiques, ce qui fait également partie du problème en Roumanie. Dans une société où 60% de la population pense que la violence domestique est normale et même justifiée, dans certaines circonstances, et où les autorités et les forces de l’ordre considèrent encore la violence domestique comme une „affaire privée“, un simple changement législatif ne suffit pas à faire la différence. 

Hat dir dieser Beitrag gefallen?

3 0
Written by
I started my journey by studying Psychology (at Bucharest University, Romania). As I advanced through the Master and Coach programmes with my NLP studies (at the Kutschera Institut, Austria), it became clearer and clearer that this is what I want to do with my life – accompany people in their journey towards a better life, full of joy and positive feelings. I’ve been working as a coach for the past 10 years and I’ve created and implemented personal developed programmes for children together with partners from Romania and Switzerland.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.