Atelier de serviette hygiénique à Berne


Doreen Bieri-Ngafor, de la Fondation Cho Ngafor, explique pourquoi elle a lancé le projet de serviette hygiénique lavables.

La menstruation est souvent le cas de l’absentéisme scolaire chez les filles des villages camerounais. En conséquence, beaucoup d’adolescentes sont privées d’éducation. Le sujet de la période féminine est tabou et souvent stigmatisé. Heureusement, la « Fondation Cho Ngafor » organisée par Doreen Bieri-Ngafor contribue à un changement positif.

Doreen a créé la fondation au nom de son père, Cho Ngafor, qui était Professeur. Il a enseigné aux enfants camerounais qui n’étaient pas en mesure d’aller à l’école gratuitement dans sa salle à manger. À la mémoire de son père, la fille a décidé de créer une fondation pour aider les démunis et les gens dans le besoin. L’idée principale de l’organisation est d’aider en enseignant et en montrant comment il est possible d’améliorer les choses.

Très peu de familles dans les villages camerounais ont les moyens d’acheter des serviettes hygiéniques. Souvent les parents ne sont pas disposés à discuter de ce sujet avec leurs filles. Tabou du sujet signifie manque d’informations et de connaissances. Les filles utilisent de vieilles couvertures, des feuilles ou des épinards secs. Certains acceptent d’avoir des rapports sexuels en échange d’argent pour acheter des serviettes hygiéniques. Avec l’aide de volontaires suisses, Doreen s’emploie à créer 1 000 serviettes hygiéniques lavables et à apprendre aux jeunes filles et aux femmes camerounaises à coudre elles-mêmes des serviettes.


Doreen Bieri-Ngafor, de la Fondation Cho Ngafor, explique comment fabbriquer de serviette hygiénique lavables.

 

Kommentare

Was denkst du darüber?

%d Bloggern gefällt das: